Murmures

Autres sources

     

   Poésie

                                      SOUS LA MER

 

                                         Frondaisons multiples,

                                         frémissantes cheminées,

           Ondulations permises,

         Farandoles animées.

            Dans les clairières échevelées,

         Des papillons aux nageoires bleues

         Entre des soleils ensablés

         Dessinent des chemins de feu.

 

 LA BELLE ET LA BÊTE

 

                               Isabelle était belle,

                               Elisabeth était bête,

                               Et comme Belzébuth

                               Les avait faites belles et bêtes,

                               Elisabeth était belle,

                               Et Isabelle était bête.

     

 

    

LE ROSEAU

 

                               Quand j'étais petit roseau,

                               j'ai appris toutes les chansons

 Du vent dans les feuillages ;

 Je les ai gardées dans ma tête de bois.

 Aujourd'hui, je les rends au vent

 Sous les doigts d'un enfant

 Qui m'a fait pipeau.

 

 

À ALAIN COLAS ET AUTRES…

 

                              Morts de la mer.

                              Mordent l’amère mer de la mort.

Mer de la mare, marre de la mer.

Mer de l’amure, mer de l’amarre.

Mur de la mort, mire de la mort.

Myrrhe de la mort,

Merde la mort,

Merde l’âme hors,

Merde l’âme erre.

Merde la mer !

 

       L’ANTICONFORMISTE

 

                               Il ne faut pas prendre la proie pour des lanternes

                               Ni des vessies pour l’ombre.

C’est pourquoi j’ai mis de l’eau dans mon panier

Et tous mes œufs dans mon vin,

J’ai dormi à perdre haleine,

Couru de mes dix doigts,

Et comme je ne sais rien faire à belles dents,

J’ai mordu à poings fermés.

Puis j’ai mis mes quatre cents coups,

Fait les quatre vérités,

Ai gardé une poire de ma chienne

Et un chien pour la soif.

J’ai pris mes jambes à deux mains

Et mon courage à mon cou,

Chanté à cloche-pied,

Sauté à tue-tête

Et je suis enfin parti à quitte ou double

Pour jouer à vau-l’eau.

                      

 

LES POURCENTAGES

 

"-         Ça se présente mal... Braquer une vieille pour lui piquer son fric, à tous les coups on est bons, mon copain et moi, pour la « peine capitale »  comme y disent...

Un crime affreux, qu'ils disent 1es journaux... Tu parles, si elle s'était pas mise à gueuler...Ouais, à cent pour cent qu'on est bons...

         Remarque, ce qu'ils voudront, c'est faire un exemple... La-valeur-exemplaire-de-la-peine-de-mort, qu'ils appellent ça. Mais pour ça ils ont pas besoin de nous tuer tous les deux.. Ouais, non j'crois que j'ai cinquante pour cent de chances...À chances égales avec mon copain, cinquante-cinquante, ou c'est lui qu'ils choisissent, ou c'est moi...

         Remarque, quand je dis à chance égales... C'est pas tout à fait vrai...

          Mon copain, les jurés y vont voir que lui… ll est gros, grand, une vraie armoire... Moi j'suis plutôt fluet... Ouais, dans le fond, je coupe la poire en deux... J'dirais plutôt vingt-cinq pour cent pour moi....

         Remarque, si on regarde bien, mon copain c'est un Arabe, il s'appelle Ahmed ben Abdeslem... À tous les coups, c'est lui qu'ils vont condamner à mort... Tous les jours on voit ça... Le pauvre Ahmed, lui il a pas de chance d'avoir un nom comme ça... Ouais, je crois que j'peux couper la poire en deux....Douze et demi pour cent pour moi...

         Remarque, c'est pas moi qu'aie eu l'idée du braquage hein... Bon, j'l'ai un peu aidé mon copain, mais ça me plaisait pas tellement...Quelle idée qu'on a eue, quand elle s'est mise à gueuler, la vieille, de lui sauter dessus pour la faire taire au lieu de se débiner... N'empêche, l'idée, c'est lui qui l'a eue... Ouais, à bien regarder, j'peux couper la poire en deux...six-vingt-cinq pour cent...

         Remarque, ils peuvent chercher dans mon passé, j'ai rien de mal derrière moi... À l'école, j'étais pas plus mauvais qu'un autre... En calcul, tiens, j'étais bon... Tiens, les pourcentages j'avais bien pigé ça. C'est marrant, C'est la première fois que ça me sert à quelque chose les pourcentages…

       J'aurais bien aimé que ça me serve à aut'chose, si j'avais trouvé du boulot... Ouais, six-vingt-cinq pour cent de chances d'être coupé en deux.

       Remarque, j'ai mes chances...

       Peut-être que j'vais pouvoir dormir un peu maintenant... Remarque...

 

                     

  

RÊVERIE

 

 

Ce jour-là, je promenais une classe sans élèves dans une forêt sans arbres. Je m’expliquais doctement que s’il y avait eu autour de moi des enfants, j’aurais pu leur montrer qu’il aurait pu y avoir des arbres autour de nous. Je leur aurais expliqué la différence de forme des feuilles, je leur aurais appris le nom de chaque essence…Mais je ne connais rien aux arbres, et puis il n’y avait ni arbres ni élèves. Et finalement, je crois bien que je n’y étais pas non plus.

     

 

Contes | Poésie | Sculpture | Murs | Quelques liens