Murmures

Le temps

Poésie

  

 LES GALETS

 

 

                              Les hommes sont des galets

                              roulés, frottés, cognés, usés,

Par l’océan de l’histoire,

Le vent du temps,

La marée des jours.

Pauvres galets qui s’épousent,

S’emboîtent,

Et se contrarient,

Et se délitent peu à peu

Pour n’être plus

Que la masse informe,

Sans mémoire,

Du sable de la plage.

  

 

Calendrier

 

                             Marguerite, éphéméride de l'amour;

                             Elle m'aime, un peu, beaucoup

      Toujours plus chaque jour...

      Calendrier, marguerite de la mort,

      Je meurs, un peu, beaucoup

      Toujours plus chaque jour...

 

                             

ÉTERNITÉ

 

                        Au fond du sablier,

                        il y a un petit enfant.

                        Les grains de sable du temps

                        Tombent sur sa tête

                        Et le font rire.

                        Autour de lui

                        Le sable s'étale,

                        L'enfant se croit à la plage ;

                        Il se roule dans le sable,

                        Il a l'éternité devant lui.

                        Mais le temps,

                        Grain après grain

                        Continue de lui tomber dessus.

                        Et l'enfant devient homme,

                        Et l'homme trouve

                        Que ça commence à bien faire !

                        Le sable où il s'enlise

                        Peu à peu

                        Rend ses mouvements difficiles

                        Et l'use lentement.

                        Il ne rit plus, le petit homme,

                        Il en appelle au Ciel

                        D'où tombe

                        La poussière du temps

                        Qui efface ses traits,

                        Inexorablement.

                        Mais le Ciel est de sable

                        Et sourd à ses cris.

                        Et ses cris, bientôt,

                        Sont étouffés par le sable du temps.

                        Alors le petit homme disparaît

                        Tout à fait

                        Sous un énorme tas de sable.

                        Au fond du sablier

                        Ne reste qu'une dune,

                        Blonde ronde et glacée.

                        Mais le sablier n'était qu'un culbuto,

                        Qui se retourne.

                        Alors,

                        Au fond du sablier,

                        Il y a un petit enfant,

                        Les grains de sable du temps

                        Tombent sur sa tête

                        Et le font rire...


BULLES

 

                 Une bulle éclate dans ma tête

                 venant du fond de ma mémoire

                 Et je suis soudain envahi

                 D'une vision, d'une odeur, d'une impression ;

                 Bulle tu me fais voyager

                 Dans l'espace et le temps.

                 Certains jours, ceux de fatigue surtout

                 Les bulles viennent crever très nombreuses

                 À la surface du conscient

                 Et je passe ma journée à revivre

                 Une impression de mon adolescence,

                 Une odeur de mon enfance, ou bien

                 Je me retrouve brusquement

                 Sans avertissement

                 Dans le bled marocain, à Marrakech

                 Ou dans l'Atlas, dans les Alpes ou en Espagne,

                 Dans les Landes ou en Bretagne.

                 Ce ne sont pas toujours des lieux que j'ai beaucoup fréquentés

                 Qui se rappellent ainsi à moi

                 Mais souvent un endroit aperçu une fois, une seule fois :

                 Une route entre des collines désertes

                 Un champ de lavande au flanc de la montagne

                 Un coin de dunes et de pins.

                 Bulles de ma mémoire, vous êtes le trait d’union

                 Entre les pays que j'habitais autrefois, entre

                 Ce que j'étais et ce que je suis devenu.

                 Bulles qui remontez de mon inconscient,

                 C'est peut-être vous ma patrie ?

 

Haut de page

 

 Contes | Poésie | Sculpture | Murs | Autres sites